NICKEL: art paru dans RFO....

Publié le par NAYO

Le 1er août 2008

Nickel

Eramet fourmille de projets

Eramet a profité des cours élevés du manganèse au premier semestre et pourrait utiliser cette manne financière pour investir massivement au cours des prochaines années afin de répondre à une demande qui va rester soutenue.


Les bénéfices du groupe minier ne cessent d’augmenter © Eramet
 



Le bénéfice net du groupe minier français a progressé de 55% à 421
millions d’euros et son résultat opérationnel courant de 32% à 769
millions, soit au dessus de ses prévisions, a-t-il annoncé jeudi. Le chiffre d’affaires a crû de 27% à 2,32 milliards d’euros.

Le groupe a tiré profit sur la période des performances de sa branche manganèse, dont le résultat opérationnel courant a progressé de 350% à 527 millions d’euros.
"C’est vraiment le semestre du manganèse", s’est félicité le PDG Patrick Buffet.

Les cours de ce minerai et des alliages qui en sont tirés, utilisés pour durcir l’acier, ont explosé depuis l’année dernière et le groupe estime que le marché devrait rester tendu jusqu’en 2010/2011.
Le manganèse a pris le relais du nickel dont les cours avaient atteint des records -jusqu’à 50.000 dollars la tonne- mi-2007 avant de chuter de plus de 40%.

Le résultat opérationnel courant de la branche nickel a d’ailleurs chuté de 52% à 208 millions d’euros à cause de la baisse des prix et d’intempéries en Nouvelle-Calédonie.
La branche alliages a vu de son côté son résultat opérationnel courant croître de 41% à 48 millions d’euros.

Investissements attendus
Au chapitre des perspectives, Eramet mise sur un résultat opérationnel courant 2008 "en hausse significative" par rapport à celui de 2007, hors contribution de la société familiale norvégienne spécialisée dans les alliages de manganèse, Tinfos, qu’il est en train de racheter.
Et "si les prix du nickel et du manganèse se maintiennent" à leurs niveaux, le résultat opérationnel courant du deuxième semestre devrait être supérieur à celui du deuxième semestre 2007, qui était de 615 millions d’euros.

Confiant, Eramet s’attend à une demande soutenue au cours des prochaines années, en particulier de la part des pays émergents, et pourrait investir jusqu’à 5 milliards d’euros sur la période 2009-2013 pour y répondre.
"Ce n’est pas l’impact (du ralentissement) américain qui va empêcher l’équipement des Chinois. Pour répondre à ces besoins, nous devrons investir", a estimé M. Buffet.

"Les cinq milliards, ce n’est pas un engagement du groupe", mais "on pense qu’il serait parfaitement compatible d’arriver à une enveloppe générale qui serait de cinq milliards. Par rapport à nos capacités de financement, on n’est pas en train de parler de choses déraisonnables", a expliqué M. Buffet.  

     

La partie amont de la laverie de Tiébaghi © Eramet


 
Eramet en Afrique
La trésorerie nette du groupe a en effet progressé à 1,105 milliard d’euros fin juin 2008 contre 954 millions d’euros fin 2007.
Le groupe pourrait notamment se servir de cette enveloppe pour prendre le contrôle d’une mine de manganèse en Namibie. Un accord vient d’être signé avec les actionnaires de cette mine pour étudier la faisabilité de son exploitation.

Eramet fait également actuellement des tests sur le gisement de nickel de Weda Bay en Indonésie dont la production pourrait débuter en 2013. Ce gisement devrait lui permettre de presque doubler sa production de minerai.

Il compte aussi investir environ 500 millions d’euros pour construire une nouvelle centrale électrique sur son site calédonien de Doniambo.
Toujours dans le nickel, Eramet mise par ailleurs sur le gisement calédonien de Prony, pour lequel il vient de déposer une demande de permis, car Doniambo devrait être épuisé vers 2032.

Publié dans Economique

Commenter cet article

nayo 03/08/2008 01:19

il serait temps que l'on envisage sérieusement de nationaliser la sln en devenant actionnaire à hauteur de 51 pour cent. Quitte à mener des actions sur le terrain, la grande partie des bénéfices du nickel ne revient au pays.