A QUAND L'EMPLOI LOCAL!!

Publié le par NAYO

On est tous sur le méme fénua.
Je suis content de savoir qu'au moins l'ustke fait une action en faveur de l'emploi local, certe les étudiants vont rater une journée, les usagers des transport seront pénaliser mais il faut arréter de se conduire comme des moutons dans ce pays.
Y en a assez de ces fonctionaires métropolitains qui viennent prendre des postes au pays.
Pas tous! juste ceux dont on sait qu'on a la compétence localement.
Je dois dire aussi que le simple métro qui débarque est aussi victime du systéme finalement, c'est à nos politiques de se bouger un peu, qu'est ce qu'ils font pour résoudre ce problème?
On entends jamais parler de ça au délibération du congrès, au thémes du gouvernement. Aucun projet de loi là dessus!!

C'est abérrant, ou sont les élus du FLNKS? c'était une des premières revendications du mouvement indépedantiste.

Il faut continuer dans ce genre de manifestation, il faut que les jeunes surtout participent.
J'en apelle à la jeunesse de la kanaky, caldoche, kanak, polynésiens, javanais...
Il faut manifester, c'est nos débouchés d'emploi qui sont en jeux.
Merci

nayo

 

art paru dans les nouvelles calédoniennes

 

Au nom de l’emploi local
Au nom de l’emploi local, pour protester contre la nomination d’un vice-recteur métropolitain sans appel à candidatures locales, l’USTKE en grève générale a bloqué, hier, Carsud, TDF et une demi-douzaine de lycées. Les forces de l’ordre sont intervenues sans heurts dans la matinée pour libérer les accès des établissements.

Jules-Garnier, Petro-Attiti, Lapérouse, Grand-Nouméa, Poindimié, Touho… La plupart des internats et des lycées du secteur public n’ont pas ou peu fonctionné hier, en raison en la grève générale de 24 heures lancée par l’USTKE.
Le mouvement a débuté dimanche soir par la paralysie des internats, et s’est poursuivi lundi matin par des piquets de grève et des blocages aux portes des établissements. Élèves et enseignants se sont cassé le nez devant des grilles fermées, sous bâches bleues et banderoles, et sont rentrés chez eux (où sont descendus en ville) pour la journée. Les forces de l’ordre sont bien intervenues en douceur pour libérer les accès de certains établissements et pousser les manifestants et leurs barbecues sur le côté, comme vers 9h15 à Pétro-Attiti où se trouvait Gérard Jodar, mais soit les piquets se sont reformés après leur départ, soit il n’y avait plus personne à faire entrer en classe. Seul le lycée Escoffier, et, en partie, Lapérouse, ont pu ouvrir normalement ou à peu près.
La plupart des piquets de grève ont été levés dans l’après-midi, les manifestants convergeant vers Carsud pour une assemblée générale en fin de journée. Hier, en début d’après-midi, le vice-rectorat annonçait une reprise du travail dans les internats dès hier soir, sauf à Petro-Attiti et à Jules-Garnier ou le retour à la normale est programmé ce matin.
Ce mouvement, a indiqué hier l’USTKE, était essentiellement motivé par la défense de l’emploi local, après la nomination du nouveau vice-recteur, le métropolitain Ives Melet, qui a pris la succession du Calédonien Pierre Boyer qui assurait l’intérim depuis le départ de Michel Barat. Selon Gérard Jodar, l’USTKE n’a rien de personnel contre M. Melet, mais elle estime que sa nomination, sans même qu’il y ait eu appel à candidatures locales, auxquelles auraient pu répondre au moins deux Calédoniens (MM. Boyer et Constant), est une décision unilatérale de l’État qui ne cadre pas avec la perspective des transferts de compétence et la prise en charge par les Calédoniens de la gestion de leurs affaires, comme le veut l’Accord de Nouméa.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

nayo 04/09/2008 16:45

Bonjour, j'ai récolté quelques infos sur ce sujet que je tiens à partager.
Nous savons tous que la politique du RUMP est de "freiner" un
maximun tout texte pour les renvoyer après mai 2009 en espérant qu'il
reviendrait au pouvoir.
Le texte sur l'emploi local dans le secteur public est sur le
bureau du président actuel du Congrès, Pierre Frogier. Le gouvernement a fixé son adoption avant la fin de l'année.

Les textes dans le secteur privé constituent actuellement une des
priorités des travaux de la Commission du dialogue social. Mais comme cette comission est au point mort depuis les derniers événement sociaux, ce n'est pas demain la veille que l'emploi local passera en une loi de pays.
Merci et que la lutte continue

Ayna 03/09/2008 02:22

Bonjour à tous ! De toute façon chers compatriotes de KANAKY : tant qu'il y aura "du NICKEL" dans ce pays : ils ne nous lâcheront pas de sitôt ! La calédonie est une terre d'immigrants, une terre d'accueil et de "paradis fiscal"....On y rentre comme dans un "Moulin à Vent"!!!! Il y a tant d'arguments pour favoriser lIMMIGRATION SAUVAGE ! Il y a tellement de NON QUALIFIES dans ce pays ! Nous sommes si petits et si faibles contre tout ça : Unissons-nous maintenant chers frères et soeurs de Calédonie et de Kanaky!!!!

nayo 30/08/2008 16:50

Aberrant surtout que malgrés l'accord de nouméa, nos élus n'ont encore rien fait!!
C'est à croire qu'ils le font exprés, facile de parler de destin commun, de dialogue social devant les caméras mais la réalité c'est que ces élus ne font rien!
Aussi bien indépendantistes que loyalistes, nous on part se former pour la KANAKY mais en attendant rien n'est fait.
Si il faut encore galèrer à notre retour pour trouver un emploi qui corresponde à nos compétences ne parler pas de destin commun alors.
Pour les transfert de compétences, nous calédoniens et kanak sommes obligés d'attendre des fonctionnaires de france nommés par l'état pour accélerer le processus des accords de nouméa.
Comme si tous ces élus gracement payé, qui bénéficient d'une multitudes d'avantages, ne sont pas capables de sont sortir.
Ils faut qu'ils débattent sur les points fondamentaux des accords plutot que sur des problémes secondaires.
S'ils ne sentent pas capables qu'ils démissionent!

Jabyna 27/08/2008 10:33

Je suis 100% avec l'USTKE! L'emploi local n'a jamais été respecté en KANAKY. De plus cette initiative est bien sptipulé dans l'accord de Nouméa! Moi je suis bachelière mais j'ai mis 2 ans pour trouvé un emplois, alors que celui qui vient de débarquer, vous croyez qu'il va mettre 2 ans pour être embauchés? Mais que fait le gouvernement et les autres partis politiques car il n'ya pas que l'USTKE qui va défendre nos droits. Tout les personnes que le gouvernement ou l'état français les emmènent en KANAKY pour travailler, un enfant du pays peut le faire! On nous pousse de poursuivre nos études à l'extérieur mais c'est si ils arrêtent d'embaucher des gens extérieurs!!!!
Voilà merci pour le blog et bon couarge à tout les étudiants de KANAKY qui ne cessent de lutter afin de faire valoir leurs droits......

tjrsenlutte 27/08/2008 08:32

c'est clair ça fait plaisir une bonne reflexion sur la situation actuelle au Pays . Trop de "mouton" dans ce pays...fabriqué par le système. Meme les politiques çe sont détachés des aspirations et des revendications de la base. Je crains l'emergence d'une bourgoisie politique kanak détaché de la base préocupé par sa propre survie