L'état Français renforce sa position géo-stratégique en KANAKY

Publié le par NAYO


Armée

Art paru le 15 septembre 2008 sur RFO

La Nouvelle-Calédonie, base de défense du Pacifique

En déplacement sur l’archipel, le ministre de la Défense, Hervé Morin a indiqué lundi que dans le cadre de la réforme des armées, la Nouvelle-Calédonie allait devenir le pôle régional de l’armée française dans le Pacifique.

Regroupement des services interarmées

"Dans l’Outre-mer, nous avons décidé de créer une base de défense par océan. (...) Pour le Pacifique, il a été décidé que la base de défense serait en Nouvelle-Calédonie, et qu’elle serait la base à partir de laquelle un certain nombre d’éléments ou de moyens seraient déployés pour l’ensemble de la zone Pacifique et notamment de la Polynésie ", a déclaré Hervé Morin en déplacement dans ce territoire français jusqu’à mardi.

Il a précisé que la Nouvelle-Calédonie regrouperait "l’ensemble des services qui seront désormais interarmées et qui seront chargés d’apporter le soutien à toutes les unités dans un environnement géographique donné " pour l’ensemble de la zone.
Dans ce cadre, le territoire ne devrait connaître qu’une réduction de l’ordre de 10 à 15% de ses effectifs militaires, actuellement de 3.100, contrairement à la Polynésie française où la réduction sera au moins de 40%.

Coopération avec l’Australie
Hervé Morin a indiqué que ce choix s’expliquait d’un point de vue stratégique par la position de la Nouvelle-Calédonie "à côté de la grande puissance régionale qu’est l’Australie".
Le ministre de la Défense se rendra mardi en Australie où il devrait notamment évoquer avec son homologue australien, Joël Fitzgibbon, la coopération militaire ainsi que la coopération d’armement. L’Australie est le deuxième client de l’industrie d’armement française, a-t-il indiqué.


Publié dans Actualité

Commenter cet article

nayo 30/09/2008 11:53

Arike la bande,

nous ne sommes pas au coeur du dispositif car nous ne voulons pas peut étre. Donnons la chance à l'accord de Nouméa de creer ce destin comun.
Après chacun sera libre de se sonder en lui-méme lors du réferendum d'autodétermination. Une chose est sure c'est avec cette politique de peuplement dans ce pays nous ne l'aurons pas par voie référendaire. Le corp électorale gelé est arrivé trop tard malheuresement et l'immigration continue nous rendra toujours minoritaire.
La voie illégale est la seule solution pour atteindre l'indépendance kanak, illégal au regard de la loi française mais légal pour notre combat.
IL ne faut pas tourner autour du pot c'est clair, menons une lutte active et anti-capitaliste.
Le recours aux armes n'est pas souhaitable, cela impliquerai de déclarer la guerre à l'état français. Son armée qui compte des troupes d"élites, des paras, le gign, les services secrtes...
Méme une lutte de guérilla serait extrémement complexe au regard de notre petite population, ils ont des pumas nous avons des chevaux.
Poser des bombes comme en corse, cette tactique discréditerait notre mouvement vis à vis des autres comunautées.
Tout cela exige une logistique, un entrainement et des ressources financières pour étre efficace.
Ou pourrons nous envoyer nos militants pour suivre une formation de guérilla? en corse, en amérique du sud ou en afrique?
Il y a là beaucoup de questions à se poser, cela doit se faire au niveau du FLNKS avec toutes les tendances indépendantistes.
Il ne faut pas recreer un Gossanah bis ou que d'autres leaders soient assassinés car nous risquerons d'affaiblir le mouvement.
Ce que je veus dire c'est que cela se prépare bien en amont tout comme une résistance civile.
Une idée qu'il faut soumettre au prochain congrès du FLNKS.

o yé vé

NaikoS XIII(c) 30/09/2008 08:59

Salut !
Je comprends que des propos puissent choquer certains. Ca doit surement être par rapport à l'idée d'une lutte armée ici en kanaky. Pour ma part, je pense que qu'il s'agit là du dernier recours. Le problème c'est que ces dernières années "on" a mis la charue avant les boeufs. Je parle ici de l'accord de nouméa. A l'heure actuelle (dix ans après) je n'ai pas l'impression que le peuple kanak est au centre du dispositif de cet accord, comme mentionné dans le préambule, et qu'il est plutôt à coté. Le pire c'est quand fait semblant de l'y mettre. Et à mon avis le chemin de la reconnaissance du peuple kanak est encore long et je n'en vois pas le bout vu l'état actuel de la société subissant les projets politiques de ces profrançais locaux. Projets politiques qui , j'affirme, n'ont pour but que de contrecarer les volontés du peuple kanak. Peuple qui ,je rappel, est soutenu et est mis au premier plan par l'accord de nouméa, mais avant tout par la déclaration des droits des peuples autochtones. Rappelons que cette déclaration accorde à tout peuple autochtone de se proclamer indépendant. Alors pourquoi toujours tourner autour du pot ?! C'est vrai que la france l'a signée tardivement, et je crois qu'on peut repprendre l'image de la charue avant les boeufs, car elle aurait dû reconnaitre cette déclaration avant qu'on signe l'accord de nouméa. Pourquoi a t-elle tardait ? Ca aurait pu amplifier le caractère impératif de l'accord de nouméa. Faute de quoi, ca fait déjà dix années que ça dure et on est encore loin de la norme.
Aujourd'hui rien n'a encore été entrepris concernant l'immigration qui n'est toujours pas contrôlée. C'est la noyade pour l'emploi locale et ça a et aura des conséquences non moindres au niveau sociale. Ca me fout déjà la rage de voir certains gens débarquer comme çà ya pas longtemps et qui ont déjà de grande belle piaule et de grosse bagnole comme on en voit à l'anse vata , à tina ou encore à la baie de l'orphelinat. Et à coté de çà, les frères kanak mais aussi des autres communautés qui sont noyés dans la vie chère et qui loge dans les squats. Et comme si ça suffisait pas on vien nous encercler avec une force armée. Qu'est-ce qu'on fait ? Quels sont les avantages de ce pôle géo-stratégique en kanaky ? C'est vrai que c'est peut être une bonne chose pour notre futur nation indépendante qui gère ses propres interdépendances. Mais encore faut-il avoir notre indépendance.
Je voudrais revenir sur le destin commun.Le destin commun ne pourra être que si et seulement si on respect à la lettre cet accord de nouméa. Les autres communautés ammenées par l'histoire ont leur place ici. Le destin commun peut se faire mais seulement si le respect et la reconnaissance du peuple kanak en tant que peuple premier de kanaky est effective.
Mais bien sûr qu'on lutte. On resiste civilement. Et c'est dure. On y arrive tant bien que mal. Mais je le répète, si sa sature trop la hâche de guerre devra être détérrée. Et s'il le faut il faudra même faire appel aux autres communautés pour qu'elles combattent à nos côté ce néocolonialisme armé de cette mondialisation et de ses petits riches soldats qu'on nous impose ici en kanaky. Faut arréter tout ça. Je veux bien de la résistance mais il faudra être prêt à toute éventualité. De toute façon, ça dépendra du peuple oppressé, le peuple kanak.

Olé

Nadège 29/09/2008 12:03

Bonsoir,
Je voudrais juste réagir face aux commentaires écrient par cert1 et de dire que cela me fait peur. Jsuis tout à fait d'accord que les KNK doivent accéder à des postes à responsabilités mais jpense k'il faut faire attention à ce que l'on écrit dans les articles afin de ne pas pousser ou aboutir à la haine raciale ce ki serait fatale pour le devenir d'une KNKY ki à acceptée son histoire et ki se tourne vers un destin commun. MERCI!

nayo 18/09/2008 22:22

Info de dernière minute, la france et l'australie vont signer un accord de coopération militaire. Cet accord prévoit l'installation d'une base logistique australienne en Kanaky.

nayo 17/09/2008 18:18

Ariké,
la resistance civile ne sera efficace que si notre combativité et notre volonté sont inébranlables.
Alors l'état français ne pourra rien faire d'autres que de répliquer, c'est justement l'objectif !!
S'il réplique cette état n'aura d'autres choix que de ceder à nos revendications, une kanaky libre et souveraine et non un pays satélite français dans le pacifique.
Creer une réplique jusqu'à un changement de statut, tel est l'objectif.
Tout ça de manière non violente!
Par contre si nous envisageons une lutte armée, en poussant cette réflexion là méme si ce n'est pas mon souhait, il faut si préparer dès maintenant.
Nous avons des contacts avec le mouvement corse ou basque, des affinitées avec la bretagne, il faut faire des stages pour apprendre le maniement des armes.
Il faut également acheter les armes, trouver l'argent pour les acheter.
Il nous faudra fréquenter des réseaux assez troubles.
Un autre gros problème dans le cas d'un lutte armée c'est que nous sommes trop accueillant et nous manquant d'unité entre kanak.
Un exemple c'est l'évasion des détenus l'année dernière, il n'a pas fallu longtemps avant que la gendarmerie française ne les retrouves.
Il y a un gros problème de délation dans nos tribus.
L'armée française connait le pays par coeur avec toutes les opérations de simulation qu'elle effectue tous les ans, dure, dure...
Il y a là toute une logistique à préparer si tel est le cas, regardons l'exemple des palestiniens alors et prenons contact.

Olé