Démarches unitaires pour le FLNKS en 2009

Publié le par NAYO

Art paru dans les nouvelles calédoniennes

Le FLNKS veut tirer les leçons de 2004



Désireux de jouer l’unité, le FLNKS, réuni samedi dans la tribu de Saint-Louis, veut produire un programme-cadre dans la perspective des élections provinciales 2009.

« Démarche unitaire », « union », « ensemble »... Tous les synonymes y sont. Mais comme le note si justement un des participants à la convention, « si on le répète, c’est que ce n’est pas si facile ! » Le FLNKS voit s’approcher un virage capital : les élections provinciales de mai 2009, dont les résultats auront un effet sur la mécanique des transferts de compétence, ce véritable moteur du processus de l’accord de Nouméa selon le Premier ministre François Fillon. Tout lourd échec du Front à cette échéance remettrait non seulement en cause ses équilibres internes mais viendrait aussi bousculer le fond du discours. Moralité, dès aujourd’hui, « on ne peut pas reproduire les erreurs de 2004 ! » assure Yvon Faua, secrétaire général du Rassemblement démocratique océanien et membre du bureau politique. Quelles erreurs ? Des différences de positionnement entre l’UC et le Palika, le puzzle du Front disloqué, des batailles d’ego, un manque de clarté dans les messages... Après Poya en avril, les discussions tenues samedi dans la tribu de Saint-Louis au Mont-Dore ont abordé «les enjeux des élections». Mais pour étudier la matière, il faut de la méthodologie.

« Un message unique, une plus grande entente, pour plus d’efficacité »

Chapeauté par le bureau politique et composé de représentants de chaque parti au regard des présences dans les provinces, un groupe de travail va commencer à œuvrer à partir du 4 octobre. Objectifs : primo, rédiger « un bilan de notre démarche unitaire initiée en 2006 »; secundo, proposer «un programme-cadre au niveau national, programme dans le sens de la démarche unitaire » rappelle le militant Faua du RDO, porte-parole ce week-end en l’absence de Victor Tutugoro. Ce contenu assurant un consensus, validé par les congrès respectifs des partis, filera au grand congrès cette fois du FLNKS, dont la date a été fixée au samedi 29 novembre. Là, « nous essayerons, à partir de ce programme-cadre, de définir quelles sont les personnes à même de le défendre dans chaque province » note Yvon Faua. Listes, arguments, candidats... Sera établie « la stratégie ». Chaque zone affinera ensuite le texte en fonction de ses spécificités. Le vœu est là : « un message unique, une plus grande entente, pour plus d’efficacité » aux provinciales.
Le plus cher espoir n’est pas voilé. L’engagement d’une seule liste FLNKS dans le Sud accroîtrait remarquablement les chances d’avoir des représentants indépendantistes sur les bancs de l’assemblée. Contrairement à 2004. Et ce, surtout, face à un camp loyaliste éclaté. L’illustration a été évidente fin juillet au Congrès : la querelle interne de l’Avenir ensemble, ayant dominé le déroulement de la séance, a permis à l’UNI FLNKS Jean-Pierre Djaïwé d’accéder à la première vice-présidence. A Saint-Louis, tout le monde croisait les doigts, « une liste unitaire, probablement, on y travaille, on espère ». L’affaire est plus compliquée, pour ne pas dire impossible, dans le Nord et les Iles Loyauté, où le Front risque fort, d’ailleurs, de perdre des plumes face à un Parti travailliste, bien présent aux élections municipales. Mais encore une fois, selon Yvon Faua, « faire mieux que ce que l’on a fait en 2004, cela passe par des obligations ».

  Échos de convention 
- Le prochain congrès du FLNKS, proposé le samedi 29 novembre, pourrait se tenir - certains l’espèrent - à Dumbéa, histoire sans doute de conjurer le sort. En décembre 2003 en effet, le grand meeting, tenu dans la commune, avait été suspendu à la suite de profonds désaccords sur les analyses.

- Le programme-cadre devra être achevé avant la fin du mois d’octobre, car l’UC tient son congrès le 31 octobre ainsi que les 1er et 2 novembre; le Palika, lui, le 11 novembre.

- « Constatant les retards importants dans la mise en œuvre des dispositions fondamentales de l’Accord de Nouméa », tels que la citoyenneté, l’emploi local, le schéma minier et les signes identitaires, le FLNKS tape du poing sur la table et « exige » l’adoption de ces différents dossiers « avant la fin de la présente mandature ».

Publié dans Politique

Commenter cet article