Les parents d’élèves manifeste pour réclamer l'emploi local et la correction du BAC en KNKY

Publié le par NAYO


 art paru dans les nouvelles calédoniennes

Des parents d’élèves manifestent devant le vice-rectorat
Les parents d’élèves affiliés à l’UGPE, ont manifesté en petit nombre hier devant le vice-rectorat et ont demandé à rencontrer son nouveau responsable pour lui exposer leurs griefs.
Premier d’entre eux, sa nomination. « Après le départ de Michel Barrat, Il y a eu un vice-recteur calédonien qui était parfaitement compétent. Nous ne comprenons pas pourquoi il a dû s’effacer pour faire place à un Métropolitain, réputé proche de Nicolas Sarkozy. À l’heure de l’emploi local, c’est choquant. »
Deuxième grief, ses déclarations visant à différer la mise en œuvre de la correction locale du bac. « Pour nous, c’est inacceptable. Dans certaines filières, le bac est déjà corrigé localement pour un tiers, voire plus de la moitié quand on doit passer les épreuves orales de rattrapage. Cet examen est devenu bicéphale, alors qu’en Polynésie, la correction locale est en vigueur depuis longtemps. »
À terme, l’UGPE entend bien que les diplômes délivrés en Nouvelle-Calédonie ne soient plus un jour des diplômes français, « mais des diplômes de pays reconnus régionalement et internationalement comme dans tout pays souverain. »
l’UGPE s’en est pris ensuite au manque de place dans les lycées, aux écarts entre collèges et au manque de mixité de plusieurs d’entre eux.

Commenter cet article

NaikoS XIII(c) 25/09/2008 00:36

Salut !
Je voudrais vous livrer un petit peu mon point de vue...
Quand on voit que des postes clé de ce genre passe, comme ça, par dessus nos têtes et que cette politique est cautionnée volontairement par l'état français.
Qu'on ne veuil pas nous laisser exercer nos compétences (ici dans l'enseigenment secondaire) en ce qui concerne la correction du bac. Qu'il manque de la place pour nos petites soeurs et nos petits frères dans les lycées, et qu'à cause de cela ils sont obligés d'être "parachutés" dans d'autres formations type CAP, BEP,... alors qu'il ya un potentiel réel en ces jeunes qui, je suis sûr, peuvent persévérer et réussir dans des niveaux largement supérieurs.
Eh bien... tout ça me REVOLTE, grave.
J'encourage tout ceux qui comme l'UGPE entreprennent des actions dans le but de lutter contre l'arbitraire de ce colonialisme français. Car hélàs, tout cela est bel et bien voulu. Et de nos jours le colonialisme est toujours présent, exercé par cet état fraçais qui se dit "impartial" dans son rôle d'arbitrage de l'accord de nouméa.
Rappelons aussi qu'à l'heure actuelle dix années après), cet accord n'est pas pleinnement appliqué. Personnellement je ne vois toujours pas le kanak au centre du dispositif. Peut-être qu'il y est, mais en tout cas pas au centre, et surement à côter. Ne nous leurons pas ! Tout cela est voulu. C'est pourquoi il faut encourager et continuer d'entreprendre les actions de ce genre, vouées à dénoncer haut et fort cette oppression omniprésente. Manifestons-nous ! Luttons !

Que kanaky vive !

oléti, et... QUE LA LUTTE CONTINUE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

meryms 24/09/2008 13:05

Moi je comprend pas pourquoi le vice-rectorat, ne laisse pas les copies du BAC être corigés en kanaky. On parle de construir le pays ensemble, bien alors laissant au pays des responsabilités. Je termine pourquoi la polynésie et pourquoi pas nous?