Une quatrième usine sur Prony Ouest en 2018?

Publié le par NAYO

 Ou la volonté de l'état français de piller nos richesses économiques


 baie de prony


art paru dans les nouvelles calédoniennes le 1/08/08

La SLN entre dans la bataille pour Prony Ouest
L’industriel a déposé une demande d’attribution de permis de recherche sur le massif, lundi dernier. La société devient ainsi le premier candidat à se déclarer officiellement.  Pendant ce temps, le groupe Eramet enchaîne les records en matière de résultats financiers.

Ce n’était qu’une question de temps. Au mois de juin dernier, la cour d’appel de Paris annulait définitivement le permis de recherche attribué à Goro Nickel pour le massif de Prony Ouest.

C’est un véritable trésor qui faisait là son retour sur le marché extrêmement tendu du nickel.

 Restait à savoir qui allait dégainer le premier. Et bien le candidat le plus rapide a un nom depuis hier  : il s’agit de la SLN. Cette même SLN dont l’avenir est abondamment évoqué, disséqué et commenté depuis plusieurs mois par les acteurs politiques, syndicaux et économiques du territoire, et qui trouve ainsi une occasion de reprendre la main dans l’intense débat de société qu’elle suscite.

«  Nous nous devions de prendre position le plus vite possible, commente Pierre Alla, directeur général du Nickel. Prony Ouest est une question vitale pour l’avenir de la SLN à moyen terme. »

 C’est qu’avec ses 8 300 hectares de surface et une teneur en nickel supposée de 1 à 1,3  %, le domaine minier de Prony Ouest a de quoi aiguiser les appétits. « L’idée consiste à nous lancer dans un projet hydrométallurgique qui s’appuierait sur Prony Ouest mais aussi sur la zone du creek Pernod, précise Pierre Alla, d’autant que nous avons déjà des titres miniers dans la zone, notamment du côté de Port Boisé. » De quoi afficher en effet une certaine cohérence en vue d’une d’exploitation.

« Prony Ouest est une question vitale pour l’avenir de la SLN à moyen terme. »

Mais attention ! Un dépôt de permis de recherche, si argumenté soit-il, n’en reste pas moins une étape préliminaire. Et en la matière, la procédure peut être longue. De quelques mois à une année pleine. Le temps pour la Dimenc (Direction de l’industrie des mines et de l’énergie de la Nouvelle-Calédonie) de décortiquer le dossier avant de le soumettre à la province Sud, laquelle peut à son tour décider de mettre la SLN en concurrence avec d’autres acteurs.
Comme par exemple Goro Nickel, titulaire déchu du dernier permis de recherche en date mais qui peut tout à fait choisir de se relancer dans la bataille.
 Sans compter que d’autres géants peuvent se tenir en embuscade. On n’en citera que deux ou trois comme BHP Biliton, Anglo American ou les investisseurs chinois, qui raflent les gisements mondiaux les uns après les autres.

En attendant, la SLN a pris une petite longueur d’avance et ne manquera pas de faire valoir les atouts de son projet, au premier rang desquels la pérennisation de son activité sur le territoire et l’allongement de la durée de vie de ses mines de Thio et Kouaoua.

  Un « Monsieur hydrométallurgie » 
Déposer un permis de recherche sur Prony Ouest, c’est avouer implicitement que l’on dispose de l’envergure industrielle et des moyens financiers nécessaires à une exploitation rapide. La SLN - et derrière elle le groupe Eramet - possède les deux. Mais traiter un minerai comme celui de Prony Ouest implique aussi la maîtrise technologique de l’hydrométallurgie. La SLN dit la détenir mais ne l’a encore jamais mise en œuvre à l’échelle industrielle. Dès aujourd’hui, une personne va être en charge de cet aspect du dossier. Pierre Alla a choisi Christian Habault, un ancien du BRGM (bureau de recherche géologique et minière), dont l’expertise a notamment été sollicitée dans le cadre de l’élaboration du schéma minier, mais aussi un fin connaisseur du territoire. Nommé directeur du développement hydrométallurgique, M. Habault supervisera la mise en œuvre de cette technologie sur le territoire calédonien.


Arike à tous,

Il y a une volonté politique et économique de piller les richesses de notre pays.

Comment pourrons nous assurer notre indépendance si  toutes nos richesses premières sont dillapidées et que les autres secteurs d'activités ne sont pas developpés?

Je trouve suspect la nouvelle d'Ives Jego, ministre de l'outre mer, d'augmenter les transferts financiers et  de developper économiquement les secteurs stratégiques de chaque territoire.
 Suspect parce que l'on a pu voir sur RFO Pierre Alla, pdg de la SLN, se rendre au siège  d' Eramet pour présenter un projet d'usine hydrométallurgique sur Prony Ouest.
 Je trouve étrange que le président du gouvernement, Harold Martin, aille également au siège d'Eramet la semaine dernière pour augmenter le soi-disant capital du pays dans la SLN.
A tout cela la nouvelle d'Ives Jego et la volonté de l'état français  qui possède 26°/  d'Eramet de reprendre les 37°/ de part de la famille Duval et de devenir ainsi l'actionaire majoritaire.

Il y a anguille sous roche là!

Voilà le scénario catastrophe que je prévoit car on peut s'attendre à tout surtout quand Pierre Alla se permet de dire face à la caméra que les rejets de cette nouvelle usine hydrométallurgique se feront au larges des cotes!!
 Eramet nous accordera une plus grande participation dans le capital de la SLN mais il faut bien que cette société perdure donc le gisement de Prony Ouest lui sera attribué et en même temps l'état français (Areva) reprendra les parts de la famille Duval.
Pour l'instant l'usine fictive serait prévue pour 2018, à aucun  moment on évoque l'éventualité que le pays sera indépendant et que la réglementation pourrait changer.

Je me permet de me poser quelques questions, je ne sais pas si je deviens paranoïaque:

Comment alimenter cette usine, une autre centrale à charbon?

Ou rejeter les résidus comme ceux de Goro, au large des cotes (un autre tuyeau)?

Ou trouver une main d'oeuvre pour cette quatrième usine (nous ne sommes que trois cents milles), on favorise l'immigration?

Comment développer les autres secteurs d'activités si notre politique économique  repose  sur le nickel, on les laisse de coté?

Comment aborder une indépendance sereine avec une économie et production énergétique entièrement dépendante des cours de la bourse?

Après la colonisation nous avons droit à du  néo-colonialisme flagrant des multinationales et de l'état. Réagissons!!

Merci


yoan Boewa

Publié dans Politique

Commenter cet article

coopelia 15/10/2008 07:08

Oh Seigneur,stp, permets une prise de conscience plus affinée des peuples du Pacifique, des peuples en général devrais-je dire .... mais plus particulièrement de mon Peuple afin que la bétisse humaine et le profit ne soient plus au détriment de la VIE...... je suis surprise, hier, le 14/10/2008, se profile un projet de recyclage des déchets industriels (informatiques, gros et petit ménagers, piles...etc) et déchets ménagers : il semble qu'un regroupement de sociétés de la place ait monter une entreprise - sous prétexte du développement durable .....(lol)..... et dont ils sont actionnaires .... - pour mener un projet d'envergure dont découlera des lois et arrêtés ... pour légaliser leurs pass pass... tout cela sur le modèle français et semble -t-il avec échanges sur la Polynésie qui aurait il y a de cela 10 ans lancer la réflexion .... ce qui me choque, c'est que le point de départ de leur analyse c'est : le DECHET .....(une fois à la poubelle ou dans la rue ....) et non pas la source du probleme ..... c'est a dire les produits entrants dans le pays .. exemple, les piles au Lithium, d'autre avec du Nickel ... etc ... les paquets de gateau .. les emballages de plus en plus polluant et multiples ..... (c'est trop con de mettre un pansement sur une plaie béante, sans la soigner à la base ....)

il parle d'enfouissement, de dé-enfouissement, de transport des dechets vers d'autres régions par bateau ? avion ? ... etc .... etc..... Oh vie marine ... encore plus de pollution de CO2 lié au transport, au bruit des moteurs ... etc .. savez vous qu'une baleine peut mourrir instantanément en cas de bruyances sonores trop importante ..(par exemple une explosion, un sonde à pétrole ...etc).. ainsi que les dauphins, dans la chasse et les migrations sont basées sur les ultra-sons ..... C'est devenu, d'après les études, un chaos sonore invivable pour les espèces marines d'en dessous, le silence des profondeur n'est plus .... pourvu que l'on se gourre .. et qu'il existe un sanctuaire pour ces espèces .....

cela ne me semble pas tres net et loin, oui bien loin, d'un développement durable et surtout réfléchie avec de vrais valeurs pour cheval de bataille et non pas du profit à court, moyen ou long terme ....

"Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants" (A.de St Exupéry) BORDELLLLLL !

il y a vraiment deux races d'hommes sur TERRE : il m'a fallu pres de 32 ans pour m'en rendre compte, mais vaut mieux tard que jamais....... é é !

Que Dieu nous bénisse et nous garde.
Ty.

nayo 04/10/2008 18:21

oui tu as raison naikos, il faut bouger. On ne peut pas attendre cette fois que cette usine se fasse pour se plaindre.
Il faut recreer les comités de lutte dans chaque région et mener des actions. Il y a une nécéssité avant qu'il est bouffer tous notre nickel.
Merci

NaikoS knky 03/10/2008 02:32

?! si je sais bien compté..., ça fait "quatre" ! waaaaaaaaaaaaa.
Ils sont déjà entrain de nous manger jusqu'à l'os et je crois qu'ils veulent aussi manger l'os.
Ca sent le nauru bis.
En tout cas, ça fait trop pour notre petite kanaky. Pauvre d'elle !
Faut bloquer cette machine du capitaliste qui bouffe tout. Quatre c'est trop ! Faut manifester les frères !
Ne laissons pas passer cela. J'espère que nos politiques vont réagir.

ACTION la bande ! ACTION ! on bouge !