Noël Poindi a été intronisé grand chef de Diahoué

Publié le par NAYO

Un retour aux sources



art des nouvelles calédoniennes
Noël Poindi a été intronisé grand chef de Diahoué, samedi, à l’issue d’une cérémonie. Une centaine de personnes ont assisté à cet événement exceptionnel qui s’est déroulé selon la tradition. Rythmé par les danses traditionnelles et les échanges de coutumes.

De mémoire d’habitants, jamais une intronisation n’avait eu lieu à Diahoué. « Peut-être chez nos ancêtres, mais ça date », assure Rock Doui, le responsable de l’organisation. La cérémonie d’intronisation du grand chef Noël Poindi, qui a eu lieu samedi, constituait donc une première. Et même si la population l’attendait, le public était plutôt clairsemé. « L’important, c’est que tous les clans étaient là. Et nous étions heureux de voir des gens du dispensaire ou de la gendarmerie. »
Les représentants de l’aire coutumière Hoot Ma Whaap, du Sénat coutumier et de la province ont aussi fait le déplacement. Au total, une petite centaine de personnes a assisté à la cérémonie. Une cérémonie traditionnelle, exécutée dans les règles de l’art. « Nous avons voulu donner corps à nos histoires. Il est important de redonner du sens à tout ça. C’est quelque chose que nous aimerions transmettre à nos jeunes. D’ailleurs, aujourd’hui, ils voient la coutume d’un autre œil », explique Rock Doui.
La journée a débuté par des danses en costumes traditionnels avant de célébrer la passation de pouvoir entre le vieux Fidéli Poulio et le jeune Noël Poindi. La remise du casse-tête et de la monnaie kanak, symbole de la transmission de pouvoir fut l’un des moments forts de cette journée. « Même s’il y a un nouveau grand chef, l’ancien reste un coutumier. Il connaît les chemins et reste important. » Un discours sur la généalogie a ensuite été prononcé du haut d’un bois planté. L’enchaînement des événements, les histoires des clans ont plongé le public dans les méandres du passé. Avec cette intronisation, le statut de grand chef revient à la famille Poindi qui détenait autrefois le titre. « C’est un retour aux sources en quelque sorte. On redonne de la dignité au titre », précise le responsable de l’organisation.

« Nous avons voulu donner corps à nos histoires. Il est important de redonner du sens à tout ça. »

Comme le veut la coutume, la journée s’est achevée autour d’une bonne table. Douze bougnas, deux cochons et une foule de plats traditionnels : les clans préparaient l’événement depuis deux semaines. « Mais cela fait déjà un mois que les discussions sont menées pour obtenir l’aval de tous les clans concernant la nomination du nouveau chef. »
Autant dire que l’événement a mobilisé tout le monde : trois cents à quatre cents personnes regroupées dans les sept clans. Une grande première à Dihaoué.




  Repères 
Grand chef, grande responsabilité
Le grand chef est le représentant suprême de la coutume au sein des sept clans de Diahoué. « Ce n’est pas quelqu’un qui donne des ordres », explique Rock Doui, le responsable de l’organisation. Son intronisation permet d’assainir des situations, d’atteindre des objectifs communs.

Noël Poindi succède à Fidéli Poulio
Le vieux Fidéli Poulio a cédé sa place au jeune Noël Poindi, artisan dans le bâtiment. La nomination d’un jeune comme grand chef n’est pas totalement un hasard. « Les clans ont jugé qu’il avait l’envergure et la capacité d’assumer cette charge. Il pourra comprendre les problèmes des jeunes, être plus proche d’eux », selon Rock Doui.

Les prochaines échéances
Peu à peu l’organisation va se mettre en place au sein des clans. Un poteau central a été planté lors de la cérémonie, il servira à construire la nouvelle case du grand chef, avec tous ses symboles. Les sept clans vont aussi se relayer afin de planter le champ avec ignames et légumes traditionnels. C’est une nouvelle organisation sociale qui

Publié dans Culturel

Commenter cet article

NAYO 08/10/2008 17:20

Olé carine, heureux aussi de savoir qu'on reprend petit à petit en main notre culture. Voilà un grand pas de réaliser, j'espère que cela nous motivera à recreer ailleurs les grandes chefferies qui sont la base de notre organisation.
Rendons hommage aux vieux de hoot ma whaap qui ont misé sur la jeunesse.

CTHIWA

carine pweevo 08/10/2008 12:54

olé knky style de tjrs donné les news du pays, qui nous donne encore plus de motivations de savoir que nos traditions perdurent au pays malgré l'évolution qui avance à un rythme accéléré. En France on rencontrent toutes les cultures mais souvent des personnes nous parlent de leurs regrets de ne plus pratiquer certains rituels ancestrales alors nous on peut être fière de la transmission de nos vieux!!!!
bon courage kanaky style