Pédophilie et Abus de pouvoir en kanaky nouvelle calédonie

Publié le par NAYO

Voilà l'histoire d'un père de famille qui commence à faire grand bruit au pays, vous pourrez le constater dans la lecure de ce message qu'en dehors de la gravité des faits. Nous avons un exemple d'abus de pouvoir de la justice en kanaky nuvelle calédonie.

Vous pourrez consulté un échantllon de réaction sur calédosphére http://www.caledosphere.com/?p=6761#comment-119160

Bien sur lisez cecui avec objectivité car je n'ai pas vérifié ls sources.

Merci.

 

 

Bonjour, je suis un papa de 37 ans et je me bats depuis un an pour la garde de ma fille pour violence et attouchement certifiais. Tout a commencé il y a un 3 ans, par un simple divorce que j ai exiger car mon ex épouse me tromper avec un collègue de travail. Nous somme passé devant la JAF ou nous avions eu la garde alterné, peu de temps après ma fille est revenu chez moi avez des traces de doigt sur les tibias, en avril 2006 j ai rencontré ma futur épouse et nous nous sommes mariés en octobre 06, ce qui na pas plus a mon ex épouse qui commença a me faire des avances sexuel et chantage au téléphone ..Voyant que je ne cédais pas, elle me mis au tribunal pour récupérer ma fille X. Je tiens a vous signaler que la première année de sa vie j avais pris une année sabbatique pour la garder, peu avant le procès février 06 ma fille est revenue avec une dent en moins et une plaie frontale, je l ai emmené chez mon médecin traitant, celui si fit un certificat de coup et blessure et ma fille lui a dit: « Maman ma poussée sur les caillou.
sep.gif
A la suite de cela je suis allé déposer plainte à  la police nationale. Celle-ci fut classée sans suite. Le juge des affaires familiales a commencé a enlevé mon droit de visite en me laissant le 2EME et 4EME week end de chaque mois et la moitié des grandes et moyennes vacances. Ordonne une expertise psychiatrique sur l’enfant. Le 23 MARS 2007 je récupère ma fille, en lui donnant sa douche j’ai constaté que ma fille avait un bleu sur les reins de 30MM sur 7MM et une ecchymose de 55MM sur 15MM à  la cuisse droite de sa jambe, un médecin m’a fait un certificat et ma fille lui a dit que « c’est maman qui m’a poussée sur le mur ».
sep.gif
J’ai déposé une nouvelle plainte qui a été classée sans suite aussi. Nous avons été reçu par le juge des enfants qui a été saisie par moi et à  la suite de ça a demandé qu’une enquête sociale soit faite et que le rapport soit déposé pour la fin août. Le rapport d’expertise psychiatrique dit que: Le 15/06/2007 en récupérant ma fille à  l’école, j’ai constaté des marques au cou qui était dissimulé par une cravate. Un médecin m’a encore fait un certificat, ma fille lui a dit que « c’est sa maman qui lui a tiré sur le cou parce qu’elle était en colère ». J’ai déposé une nouvelle plainte et j’ai été interrogé par la brigade des mineurs de Nouméa. Celle-ci fut classée sans suite aussi.
sep.gif
Au mois de juin rebelote, la mère me remets au tribunal, le juge laisse la même décision et me fixe une pension alimentaire de vingt mille francs XPF soit 167 euros environ, déboute la mère de sa demande tendant a être autorisée à  emmener l’enfant en australien durant une période ou l’enfant ne réside pas chez elle. Expertise psychiatrique dis que la mère a des traits névrotiques et moi-même psychorigide, que l enfant ne démontre pas de signe de violence. Le 3/06/07 on récupère ma fille avec des traces de doigts sur le bras droit de l enfant, encore certifiait, dépôt de plainte et classé encore sans suite. J ai écris une lettre au procureur de la république pour lui faire par du danger que cour ma fille et que les plaintes malgré les certificats ont été classé sans suite.
sep.gif
Le 12/10/07 j ai récupéré ma fille à  l école, puis emmené chez le psychologue et elle lui a dis qu elle subissais des attouchements sexuel de la part de sa mère. Au urgence de l hôpital, elle a été examinée puis hospitalisé pour plus amples examens. L urgentiste, a faxé un signalement à  la brigade des mineurs et au parquet. Le 16/10/07 je vais à  la police de quartier pour déposer une plainte pour attouchement sexuel. Les policiers appellent la brigade des mineurs pour leur demandé ou en était l’enquête, ils ont répandu qu ils n avais pas eu connaissance de ce dossier. Le policier pris ma plainte. Peu de temps après la brigade des mineurs appela pour nous dire qu ils avaient retrouvé le signalement qui avait sois disant glisser sous le bureau. L après midi la brigade des mineurs m a contacté pour interroger l’enfant, arrivé au poste, sa mère sortit du bureau de la brigade. Un lieutenant de la brigade a dit à  ma fille de venir avec elle. La mère répond vas y c’est une amie de maman, je me suis levé et crié au scandale.
sep.gif
Une demi heure après le beau père sortie de la brigade. Voyant cela j’ai appelé mon avocat car il y avait trop de magouille (mère qui travaille dans une mairie et le concubin est policier municipal). Dix minutes après, le même lieutenant m’emmène dans son bureau et commence à  m’interroger. Elle me arcele pour que je retire ma plainte en me disant si vous continuez à  rester sur vos position, je vais mettre votre épouse en garde à  vue et vous aussi. Je lui aie dis qu’elle n’a qu’a le faire, puis elle continue à  m’interroger.
sep.gif
A la fin de l’audition elle sort la plainte pour que je l’a signe, je commence à  la lire et je m’aperçoit que ça ne correspondait pas du tout à  mes dire, je lui aie dis que je ne signerai pas cela, elle a fait semblant de rectifié et ressort les feuilles, encore la même chose, mes dires n’étaient pas ceux qui était écrit, je me suis levé pour partir. Elle m’a dit de me rassoir et à  quitté le bureau, une autre personne est venue et a rectifié la plainte. La mère et le concubin sont sortis par la porte de derrière avant l’enfant. Quelques jours après la plainte a été classés. Madame a ressaisit le juge car elle voulait partir en Australie avec l’enfant, la juge n’a pas voulu prendre sa décision. Le 26/10/07 je vais à  l’école pour récupérer ma fille car c’est mon droit de garde, la maîtresse me dit qu’elle n’est pas venue de la semaine. J’appelle la mère pour lui dire de me rendre l’enfant et elle me dit non tu peu aller porter plainte si tu veux. Je me présente à  la police et je dépose une plainte pour non présentation d’enfant. La police l’appelle et elle leur dit clairement qu’elle ne rendra pas l’enfant.
sep.gif
Le samedi 28/10 la mère, le concubin et les enfants (lui a deux petite fille) se présente à  l’aéroport pour partir en Australie, la mère et mon enfant sont bloqués par la police des frontières car une semaine avant j’ai fais le nécessaire pour une non sortie du territoire de l’enfant, cette sortie est valable pendant quinze jours car je lui avait fait au mois d’août une autorisation de sortie et en contrepartie elle devait me la laisser pendant une semaine. Bien sur elle n’avait pas tenue sa parole c’est pour cela que je l’aie fais. La police m’appelle pour me dire qu’elle a voulu faire sortir l’enfant du territoire et me demande de venir. Je leur montre le jugement et ils voient que c’est mon droit de garde et que la juge avait refusé la sortie, en même temps je leur aie fait voir la plainte de déposée.
sep.gif
Mardi midi, je reçois un appel de ma fille qui me dit papa j’aie pris l’avion et je suis en Australie. J’appelle la police des frontières pour leur demandé des explication et ils mon dit que c’est la juge qui a levé l’interdiction, pour lever une interdiction il y a deux possibilité, soit c’est moi qui la lève soit c’est le juge qui écrit à  la police pour la levé, le problème c’est qu’elle l’a fait par téléphone. Mon avocat à  demandé le rapport à  la police des frontières, il a du les relancé plusieurs fois et au bout d’un mois et demi on le reçut. Tenez vous bien dans le rapport la mère dit : avisée de cette mesure, et des éléments à  notre actif la mère nous indique qu’elle a pourtant rencontré l juge des affaires familiales durant la semaine écoulée laquelle lui a certifié de l’issue positive à  la demande de sortie du territoire à  la seule fois de l’autorisation écrite du père.
sep.gif
Vous vous rendez compte des magouilles, c’est inamissible. En une semaine la mère a une date d’audience. La partie adverse demande que je fasse une expertise psychiatrique, j’ai dit au juge que je n’avais aucune objection et je voudrai que l’autre partie fasse la même chose. La juge rendit son jugement le 6/11/07 et ordonne l’expertise des deux et renvoie l’affaire au 12/02/08. Pour l’anniversaire de sa cousine le 13 /12/07 j’ai demandé à  la mère si je pouvais la prendre, la mère m’a dit OK. Je vais à  l’école pour récupérer ma fille et je vois qu’elle a du mal à  marcher, je lui aie demandé qui lui arrive, elle me répond qu’ils ont recommencé à  caressé son sexe. Je l’aie emmené aux urgences, le médecin l’a examinée et m’a fait un certificat ou l’enfant lui dit que maman et dady (le beau père) l’ont caressé et que dady a fait PIPI BLANC sur elle.
sep.gif
J’ai emmené la petite à  l’anniversaire et en attendant je suis allé à  la police pour déposer une nouvelle plainte. La police du central ne voulait pas prendre ma plainte car le lieutenant de la brigade des mineurs avait refusé. Il a fallut que je fasse un scandale et de les menacer que j’allais appeler le procureur général. La brigade m’a fait monté et c’est un autre gradé qui a pris ma plainte car les deux autres lieutenants avaient entendu du bruit comme quoi ils connaissaient la mère et le concubin.
sep.gif
Une semaine après, nous revoila devant le juge des affaires familiales en référé. Au lieu d’enlever l’enfant à  sa mère, le juge enleva mon droit de visite. Je n’ai pas revu ma fille depuis le 13/12/07. J’ai fais appel au jugement du référé et j’attend la date pour passer.

Publié dans Actualité

Commenter cet article

NAYO 01/12/2008 12:00

affaire à suivre!

Imane 30/11/2008 08:55

PAUVRE ENFANT