Extrait du porte parole du Palika au congrès du FLNKS

Publié le par NAYO



" Placé sous le mot d’ordre « Maintenant, l’Indépendance », le 33ème
congrès du PALIKA des 7-8-9- 10 novembre de Tieta VOH a été l’occasion
pour le Parti de mesurer le niveau, l’ampleur et l’efficacité de son
engagement dans la prise en charge des enjeux inscrits dans l’ADN et qui
conditionnent la réussite du processus de cet accord et par conséquent
l’accession du pays à la l’émancipation politique et économique et à sa
pleine souveraineté.

Le diagnostic réalisé par les militants et acté par le Congrès a mis en
évidence toute la complexité des défis à relever dans l’exercice des
responsabilités dans un pays en voie d’accession progressive à
l’indépendance. Cette complexité se situe sur plusieurs plans : complexité
d’ordre institutionnel et législatif, notamment dans les relations entre
les collectivités ou les instances dans la gestion d’un certain nombre de
dossiers ; complexité en termes de méthodes et d’organisation de travail.
Ces difficultés génèrent souvent des incohérences dans les politiques
publiques.

Sur la base du diagnostic réalisé, le 33ème congrès a élaboré, à partir de
travaux d’ateliers (au nombre de 6) et sur un certain nombre de
thématiques, des plans d’actions qui devront servir de cadre de réflexion
et d’actions pour les échéances électorales à venir et asseoir au delà de
ces échéances l’accession du pays à la pleine souveraineté.

Ainsi, 10 motions portant sur des secteurs ou des thèmes particuliers ont
été proposées à l’issue du Congrès (cf motions). En voici quelques lignes
de force :

1.sur l’identité kanak : lever les incompréhensions qui subsistent entre
politiques et les instances de la coutume ; une situation qui nuit à la
stratégie unitaire tant sur le plan politique, économique que social ;

2.sur la citoyenneté : les autres éléments constitutifs de la citoyenneté
doivent être mis en œuvre (emploi local, nom du pays et drapeau)

3.sur la culture : c’est un vecteur essentiel pour la sauvegarde de notre
patrimoine et la construction de la citoyenneté ; proroger jusqu’en 2010,
l’Accord entre l’Etat, la NC et les provinces ; transfert de l’ADCK ;
dénoncer l’instrumentalisation de la francophonie à des fins d’opposition
à l’option d’indépendance

4.sur le développement économique et l’aménagement du territoire : placer
le citoyen au centre des actions en matière de développement, dans le
cadre d’une démarche participative; faire aboutir les schémas en cours
(SMVRM, SADENC, Energie…) ; diversifier l’économie dans le respect du
milieu naturel tout en confortant le rééquilibrage ; vigilance dans
l’exploitation des ressources et leur redistribution (ex : GORO et
coutumiers du Sud)

5.sur la condition féminine : valoriser la place et le rôle de la femme
dans la société calédonienne ; lutter contre toutes les formes de
discriminations faites aux femmes

6.sur le dialogue social ; soutenir le processus engagé par les
partenaires sociaux à la faveur de l’établissement de principes et de
nouvelles règles qui jettent les bases d’un dialogue social rénové,
nécessaire à la cohésion et à la paix sociales ; promouvoir la formation
et l’emploi de nos jeunes (LP) et juguler le phénomène de l’immigration
des DOM/TOM et de l’extérieur ;

7.sur la solidarité et le social : harmoniser, au travers de certaines
mesures, la politique sociale à l’échelle du pays, ( sur le plan du
logement, actions en faveur des handicapés, de la petite enfance, des
personnes âgées, de la famille : lutter contre les fléaux sociaux (alcool,
canabis, kava, jeux d’argent, séries TV…). Objectifs : l’amélioration des
conditions de vie des populations et la réduction des inégalités
sociales

8.sur la santé : poursuivre la politique sanitaire, adapter la carte
sanitaire, reconnaissance de la médecine traditionnelle, renforcer la
formation dans le secteur, améliorer les conditions de prise en charge de
la filière urgence….

9.sur l’enseignement, la formation, la jeunesse et le sport : innover,
transformer le système éducatif, soutenir les actions initiées par le
tissu associatif, évaluer la performance des dispositifs de formation
existants, prospecter les possibilités de formation dans les pays de la
Région et ailleurs

10.sur la coopération régionale : œuvrer efficacement pour une
participation plus volontariste de la NC au Forum des Iles du Pacifique et
une intégration effective de la NC au sein du Groupe Fer de Lance
Mélanésien ; soutenir la lutte du peuple d’Irian Jaya ; redynamiser la
présence du FLNKS à l’échelle internationale (mission à l’ONU pour
solliciter la venue d’une mission de l’ONU et mission Forum).


Un certain nombre de principes fondamentaux devant guider l’action
politique ont été par ailleurs réaffirmés à l’occasion de ce Congrès :

•rompre avec les rapports de domination et d’assujettissement de type
colonial dans la gouvernance pour les seuls intérêts des populations et du
pays

•respecter et valoriser l’identité du peuple kanak et les valeurs
culturelles océaniennes au cœur d’une citoyenneté partagée entre tous dans
un destin commun

•respecter les populations locales et leur assurer la préservation d’un
rapport de qualité avec un environnement riche en biodiversité

•valoriser les ressources naturelles (minières et biologiques) et dégager
les ressources financières nécessaires à la diversification d’une économie
viable capable de répondre aux besoins des populations dans la durée.

Publié dans Politique

Commenter cet article