Emploi local, qu'est ce que ça devient?

Publié le par yeteii

Un mail circule sur le net présentant une ossature de texte concernant le projet de loi sur l'emploi local, celui-ci vivement critiquer par le medef local qui a d'ailleurs fait une conférence de presse à ce sujet hier au pays:

Bonjour,

Je n’ai pas pour habitude d’arroser les mails de mes relations. Toutefois, il m’a semblé que le sujet de l’emploi local méritait une entorse à mes principes. En effet, j’ai découvert les documents joints mardi 2/12, lors d’une réunion de bureau du Medef auquel j’appartiens. Toutefois, je parle en mon nom personnel, et je ne suis pas mandaté pour m’exprimer au nom du Medef.

Si vous avez le courage et l’envie de lire ces documents vous constaterez que le projet de loi de pays qui risque d’être voté dans la précipitation dans les semaines à venir présente quelques risques majeurs parmi lesquels:

1. Il ne tient pratiquement aucun compte des discussions qui durent depuis plusieurs années entre les partenaires sociaux. Comme pour l’accord de Nouméa, on nous laisse croire à un accord équilibré et au dernier moment on nous impose des dispositions extrêmement contraignantes.

2. Il crée une bureaucratie supplémentaire, qui au bout du compte, reviendra à dénier aux chefs d’entreprises leur droit de liberté d’embauche; par exemple, dans le cas où l’administration aurait décidé de ne proposer qu’un seul candidat en face d’une demande d’embauche. Dans tous les cas il rajoute deux mois de délais administratifs supplémentaires au processus d’embauche.

3. La préférence locale n’est manifestement qu’un prétexte politique à bloquer définitivement toute immigration. Comment imaginer que quelqu’un de l’extérieur puisse avoir envie de s’établir en NC s’il ne peut pas postuler à un emploi avant une durée minimum de 3 ans de résidence. Comment justifier une telle politique d’exclusion et de repli sur soi dans un contexte de mondialisation?

Depuis, une nouvelle réunion a eu lieu aujourd’hui avec la Direction du Travail pour manifester clairement notre mécontentement. Nous avons obtenu que le prochain CCT (comité consultatif du travail) soit décalé dans le temps pour se laisser le temps de discuter du projet, et une nouvelle rédaction à peine modifiée a été proposée. Toutefois, il est apparu important que:

- le texte soit revu à partir de la proposition initiale faite par les partenaires sociaux

- le conseiller d’Etat MERLE, proche de Rocard et de Christnacht, et en charge de la rédaction du texte soit remplacé par quelqu’un de plus objectif

- ce projet de loi soit repoussé après les élections provinciales pour éviter de n’en faire qu’un enjeu politique.

Merci d’interpeller vos relations politiques pour empêcher cette loi de pays scélérate d’être entérinée en catimini, par le Gouvernement, dans l’indifférence générale.

Avec toutes mes excuses si cette interpellation directe vous a agacé.

Amicalement,

Publié dans Economique

Commenter cet article

meryms 12/12/2008 14:13

Je suis désoler il faut que cette loi soit voté pour privilégier les postes d'emplois pour les néo-calédoniens. En outre cela permettra de baisser le taux de chomage au pays. Le problème il ya des calédoniens qualifiés, mais en préfère recruter des metropolitéens. Donc pour moi cette loi nous sera bénéfique, assurant pour tout étudiants quittant son îles pour faire ses études à 22 mille km de rentrer au pays et d'avoir l'opportunié d'être pris.